Vignoble de la Bauge : producteur de boissons de l’année aux Lauriers de la gastronomie.
Vigneron propriétaire

Simon Naud

Notre vigneron, Simon Naud, a commencé à travailler sur le vignoble de ses parents dès l’âge de 14 ans. De 1986 à 1996, en compagnie de son père, il a appris à cultiver la vigne, comprendre ce qui l’afflige et la menace pour ensuite mieux la protéger et en obtenir une production stable, viable et rentable. Diplômé en Génie rural à l’Institut de technologie agroalimentaire de Saint-Hyacinthe, il prend la relève du vignoble de ses parents à l’automne de 1996.

Autodidacte et passionné de recherche, Simon vinifie lui-même ses vins depuis son premier millésime en 1997 jusqu’à aujourd’hui. Il élabore ses propres techniques de taille et réfléchit à la conduite de ses vignes en fonction des cépages, du type de sol, des conditions climatiques et de la topographie des différentes parcelles de la Bauge.

Ses voyages de recherches l’ont mené à visiter plusieurs régions viticoles de climat froid tels que :

Ses nombreuses conversations avec des vignerons et des chercheurs de par le monde l’ont amené à mieux comprendre la vinification des cépages nordiques ou de climat frais. Il a été conférencier dans différents congrès dont Vitinord, un colloque mondial sur la viticulture nordique, où il partage avec les vignerons et autres collègues, ses connaissances et ses observations.

Simon a été élu membre du conseil d’administration du CVQ, le Conseil des Vins du Québec en 1998. Il y siégera pour vingt belles années, dont les quatre dernières à titre de premier vice-président.

Depuis plus de 25 ans et à chaque année, il fait ses propres essais en vinification par de multiples microcuvées, en parallèle des vins qu’il élabore pour la mise en marché, afin de tenter de mieux comprendre chacun des paramètres de la vinification et la typicité des cépages qu’il cultive pour en exprimer que le meilleur.

En 2016, il a donné une nouvelle orientation à son vignoble en prenant un virage vers une viticulture plus respectueuse de l’écologie. Détenant une certification biologique pour tout le domaine, ses recherches le poussent maintenant vers la viticulture de régénération. Des principes basés sur l’écologie, la vitalité des sols, la résilience des plantes et le partage des connaissances.